Un ennemi de la santé : le sirop de glucose-fructose

Un ennemi de la santé certes, mais pourtant utilisé à outrance ! Il est partout dans les produits industrialisés, en grande partie parce qu’il ne coûte pas cher. Mais quel prix a-t-il sur votre santé ? Dans cet article, je vous en parlerai en long et en large. Qu’est-ce que c’est ? Quel impact a-t-il sur le corps ? Dans quoi le retrouve-t-on ? Comment le reconnaître ? Pourquoi l’éviter ?

Qu’est-ce que le sirop de glucose-fructose ?

Le sucre simple (monosaccharide), c’est du glucose et c’est déjà néfaste pour la santé s’il est consommé en grande quantité. Un fait important est que le glucose n’est pas seulement contenu dans les aliments sucrés. Tous les glucides, même les glucides complexes, une fois dégradés par l’organisme, sont composés de molécules de glucose. Ils ont donc le même effet sur l’organisme, la différence étant que les glucides complexes mettront plus de temps et d’énergie pour être dégradés.

Le fructose, lui, est aussi un sucre simple, mais il s’agit du sucre contenu dans les fruits, les baies, certains légumes racines et le miel. Il est le plus sucré de tous les sucres naturels.

Lorsqu’une molécule de glucose est associée à une molécule de fructose, cela donne un disaccharide, le saccharose, communément appelé sucre de table. Fabriqué en industrie, il contient 50 % de molécules de glucose et 50 % de molécules de fructose. Ainsi, il a un pouvoir sucrant plus élevé que le glucose simple.

Le sirop de glucose-fructose est fabriqué à partir de sirop de maïs, lui-même fabriqué à partir d’amidon de maïs. Le sirop de maïs est un liquide sucré et collant entièrement composé de glucose et est soumis à des processus enzymatiques pour transformer une partie du glucose en fructose. Le sirop de glucose-fructose est d’ailleurs aussi connu sous le nom de sirop de maïs à haute teneur en fructose (SGHF ou HFCS en anglais, high fructose corn syrup).

Pourquoi le sirop de glucose-fructose comme substitut du sucre ?

L’industrie canadienne des boissons gazeuses l’utilise environ 20 fois plus que le sucre comme agent sucrant. Les principales raisons sont les suivantes :

  • Le sirop de glucose-fructose est moins cher à produire du fait que les cultures de maïs sont abondantes.
  • De par sa forme liquide, il est plus facile à mélanger et à transporter que le sucre de table qui a tendance à cristalliser.
  • Il présente des qualités de conservation des aliments. 

Pour toutes ces raisons, le sirop de glucose-fructose est de plus en plus utilisé dans toutes sortes d’aliments industriels, si on peut encore appeler ça des aliments pour certains. Boissons gazeuses, crèmes glacées, confiseries, confitures, produits de boulangerie et pâtisserie, produits céréaliers, produits laitiers, condiments, produits en conserves, etc.

On peut reconnaître le sirop de glucose-fructose dans la liste d’ingrédients aussi sous le nom de sirop de maïs à haute teneur en fructose ou encore sous l’appellation d’isoglucose. 

Impact de la consommation de sirop de glucose-fructose

Déjà que la consommation de glucose est problématique, celui du glucose-fructose l’est davantage. Cela vaut aussi pour le saccharose puisque le deuxième problème provient du fructose et que le saccharose en contient 50 %. Un fait intéressant à ajouter est que dans le sirop de glucose-fructose, la concentration de fructose peut être variable. Il en existe à 45 % comme il en existe à 90 % de fructose pour un pouvoir sucrant encore plus grand. Et ceci n’est pas spécifié sur les étiquettes des produits, donc nous ne savons pas auquel nous avons affaire.

La concentration sanguine du glucose est contrôlée par l’insuline produite par le pancréas. Le taux de glucose sanguin ne peut pas être trop élevé. Cela veut dire qu’une grande consommation de sucre amène un taux d’insuline dans le sang plus élevé. Si une personne consomme du sucre (ou des glucides) en grande quantité et de façon régulière, il y a toute une cascade d’effets sur le corps que je ne peux pas expliquer en détails dans cet article, car ce serait beaucoup trop lourd. En gros, la personne risque de prendre du poids, de développer une résistance à l’insuline et avec le temps, un syndrome métabolique et un diabète.

Le problème supplémentaire qu’apporte le fructose est qu’il ne peut être métabolisé que par le foie. Dans la nature, nous ne retrouvons du fructose que dans les fruits, le miel et certains légumes, comme nous l’avons vu plus haut. Nous ne mangeons pas des quantités astronomiques de ces aliments, alors le foie n’a pas de problème à métaboliser le fructose dans ces conditions.

Là où ça se gâche, c’est quand on apporte des quantités importantes de fructose à travers la nourriture industrialisée. Le foie transforme le fructose en gras et va l’entreposer chez lui. La forte consommation de fructose est soupçonnée de causer la stéatose hépatique non alcoolique (accumulation de gras dans le foie), mieux connue sous le nom de « foie gras ».

En conclusion

La consommation de sucre n’est pas à banaliser. Je n’ai nommé dans cet article qu’une infime partie des effets néfastes du sucre. Une trop forte concentration de glucose dans le sang due à une résistance à l’insuline affecte l’organisme dans son entier, du système cardiovasculaire à la santé du cerveau.

Déjà, en étant conscient de ce que l’on mange, de ce que l’on consent à mettre dans son corps, nous avons la possibilité de faire de meilleurs choix pour notre santé. Il n’y a pas que le sirop de glucose-fructose qui soit néfaste pour la santé, mais une panoplie d’additifs chimiques et d’agents de conservation également.

Je crois que le plus beau cadeau que l’on peut faire à son corps, c’est de minimiser la nourriture industrialisées pour faire le plus de place possible à la cuisine maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page